Tout savoir sur l'infection pulmonaire
infection-pulmonaire-11.jpginfection-pulmonaire-12.jpginfection-pulmonaire-13.jpginfection-pulmonaire-14.jpginfection-pulmonaire-15.jpg

Symptômes infection pulmonaire

Symptômes infection pulmonaire

Il ne faut surtout pas prendre à la légère l’apparition de symptômes infection pulmonaire. Ce serait de la pure folie que de jouer au matador et prétendre que ce n’est rien, juste une petite toux passagère de rien du tout qui finira bien par passer. Pas besoin de s’alarmer. Vous en avez vu d’autres. Si effectivement cette toux qui vous empoisonne la vie n’est peut-être en rien dangereuse, elle n’en demeure pas moins, qu’elle puisse tout aussi bien être révélatrice d’un mal-être beaucoup plus profond, se présenter comme un signal avant-coureur d’une bronchite ou d’une pneumonie, maladies qui, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent entraîner des troubles plus que sérieux.

Mieux vaut consulter sitôt que les symptômes infection pulmonaire apparaissent que d’attendre et attendre encore en misant qu’ils vont disparaître comme par magie. Une toux persistance, une respiration sifflante, une difficulté à respirer bien à fond, des bronches encombrées, une perte d’appétit soudaine sont autant d’indices révélateurs, qu’une maladie des plus sérieuses est en train de fourbir ses armes, et peut, à tout moment, passer à l’offensive et mettre en péril votre santé. Sitôt que les symptômes infection pulmonaire surviennent, le plus sage et le plus avisé des conseils, est de filer, sur-le-champ, chez votre médecin de famille. Ce dernier vous auscultera, et, s’il a un quelconque doute sur la nature réelle de votre mal, vous demandera de passer une radio des poumons à même de l’aider à affiner son diagnostic. S’il s’avère que vous souffrez d’une bronchite voire d’une pneumonie, il sortira la grosse artillerie et n’hésitera pas à vous prescrire une batterie d’antibiotiques, les seuls médicaments à même de combattre efficacement le mal qui vous ronge. Un bon sirop contre la toux ne sera pas de trop. Sans oublier du repos et une alimentation bien ciblée.

Afin d’éviter que ne surgissent au débotté des symptômes infection pulmonaire, mieux vaut adopter quelques règles d’hygiène de bon sens. Si vous vivez en ville, votre plus grand ennemi se nomme la pollution qui, en véhiculant des particules nuisibles à votre santé, va venir encrasser vos poumons de matières toxiques des plus néfastes. Soyez attentif aux alertes pollutions surtout si vous souffrez d’asthme ou éprouvez déjà des difficultés respiratoires. N’aggravez pas votre cas en fumant comme un pompier. La fumée de cigarette que vous inhalez va s’attarder dans vos poumons et vos bronches et les abîmer, parfois d’une manière irrémédiable. Si vous êtes un fumeur invétéré et qu’apparaissent des symptômes infection pulmonaire, cessez tout de suite votre consommation de cigarettes. Faute de quoi, vous vous exposez à des conséquences bien souvent fatales. Ne mégotez pas et arrêtez pour de bon de fumer le temps que votre bronchite disparaisse. Ce sera peut-être l’occasion pour arrêter de fumer à jamais. Votre santé est votre bien le plus précieux, ne l’abîmez pas en avalant des substances toxiques. Essayez de vous aérer dans des espaces verts le plus souvent possibles, de vous oxygéner en forêt, de respirer le bon air venu de la mer. Quoi de plus revigorant, si vous en avez la possibilité, qu’une ballade au bord de mer. L’occasion idéale de donner à vos poumons une bonne ration d’oxygène. Si vous êtes sensibles à la pollution, évitez de sortir lorsqu’elle est trop présente dans l’air et surtout gardez-vous bien de tout effort démesuré. Remettez votre jogging quotidien à plus tard, restez tranquillement chez vous, et attendez que le pic de pollution redescende à des hauteurs acceptables. La pollution et la fumée de cigarettes ne sont pas vos amis. Tenez-les loin de vous et vos poumons vous remercieront. Dès qu’apparaissent des symptômes infection pulmonaire, il est bon de prendre rendez-vous chez son médecin traitant. Il vous donnera des armes pour lutter contre cette maladie qui, si elle n’est pas traitée à temps, peut devenir redoutable.

4 Réponses à “Symptômes infection pulmonaire”

  1. Levy dit :

    Mon père est hospitalisé depuis 3 jours et a une infection pulmonaire. Les médecins l’ont mis sous intubation respiratoire et dans un semi-coma.
    Après avoir lu les symptômes ci-dessus, il est vrai que, déjà, depuis juin dernier, il n’avait plus d’appétit et dernièrement, il faisait deux pas et il s’étouffait.
    En tant que sa fille, j’espère qu’un miracle se produira et qu’il se réveillera pour voir autour de lui, sa femme et ses 4 enfants.

  2. Galite dit :

    Ma mère est maintenant en route pour le cimetière suite a une infection pulmonaire. Si je connaissais, j’aurais pu…

  3. Donald dit :

    Je souffre d’une pneumopathie et j’ai mal à la gorge lorsque j’avale la salive. Je suis un traitement, mais ça semble avoir aucun effet. C’est comme s’il y avait plutôt aggravation. Ce qui m’inquiète c’est que je n’ai pas mal à la poitrine. Je respire normalement, mais ce qui me dérange c’est que ma gorge me fait atrocément mal, même quand je veux parler, c’est comme si on m’étranglait.

  4. Adrien dit :

    J’ai fumé pendant environ 45 années. Suite à une bronchite sévère et avoir été bien soigné par mon médecin de famille, il a un soupçon pour un sifflement de mes poumons. Présentement, j’ai des examens à passer à l’hôpital et le pneumologue fera ensuite un rapport. Les tests seront un examen de fonctions respiratoires, une bronchoscope et finalement un scan. Les poumons ne sont pas des cheminées, mais plutôt notre bien-être pour vivre.

Faites-nous part de vos commentaires ou questions